Afropunk Paris

Melanin Goddesses & Gods

"Désinvolte"

Désinvolte!  Nous avons souvent entendu ce terme employé pour caractériser la jeunesse. Sa fougue, son insouciance, son assurance frôlant l’arrogance, sa liberté excessive. Nos ainé.e.s y attachent  une connotation péjorative. La désinvolture est nonchalance, “jemenfoutisme” à son paroxysme.

C’est pourtant  l’épithète que nous avons choisi pour qualifier les sujets photographiés par Juan Ignacio Davila lors du festival Afropunk Paris en Juillet 2019.

Non pas la désinvolture de l’impertinence et de la légèreté mais celle qui est politique, celle d’une jeunesse qui s’affirme et scande “Je m’élève” de Maya Angelou. 

“Voulez-vous me voir brisée?
La tête et les yeux baissés?
Les épaules tombantes comme des larmes.
Affaiblie par mes pleurs émouvants.
Es-ce mon dédain qui vous blesse?
Ne prenez-vous pas affreusement mal
De me voir rire comme si j’avais des mines
d’or creusant dans mon potager?
Vous pouvez m’abattre de vos paroles,
Me découper avec vos yeux,
Me tuer de toute votre haine,
Mais comme l’air, je m’élève pourtant.
Me découper avec vos yeux,
Me tuer de toute votre haine,
Mais comme l’air, je m’élève pourtant.
Ma sensualité vous met-elle en colère?
Cela vous surprend-il vraiment
De me voir danser comme si j’avais des
Diamants, à la jointure de mes cuisses?
Hors des cabanes honteuses de l’histoire
Je m’élève
Surgissant d’un passé enraciné de douleur
Je m’élève
Je suis un océan noir, bondissant et large,
Jaillissant et gonflant je tiens dans la marée.
En laissant derrière moi des nuits de terreur et de peur
Je m’élève
Vers une aube merveilleusement claire
Je m’élève
Emportant les présents que mes ancêtres m’ont donnés,
Je suis le rêve et l’espérance de l’esclave.
Je m’élève
Je m’élève
Je m’élève”

Extrait du poème “Still I Rise” de Maya Angelou traduit par Olivier Favier

Afropunk Paris

Arts & Times

Nous avons également pu admirer les œuvres présentées lors l’exposition Arts & Times commissariée par Ami Weickaane .

Un regard sur l’âme des artistes afrodescendant qui font un devoir de mémoire, un devoir de reconnaissance sur une histoire commune que nous partageons, une identité clammée fort et assumée, une créativité qui vient des tripes comme pour dire , vous nous voyez et nous vous montrons … tout ceci à travers l’art et le temps qui s’effrite. Par ce qu’ Il y a urgence à exister. (description du site Afropunk)

Avec la participation des artistes:

Alexis Peskine
Selly Raby Kane
Beya Gilles Gacha
Boureim Ouedraogo
Lun Lalame
Baye Dame Cisse
Joe Okitawonya
Miguel Ovalle

On vous laisse regarder notre vidéo recap’ du festival, comme si vous y étiez… 

x Close

Like Us On Facebook